2 NOVEMBRE / Ouvrez la boîte !

IMG_7985 bis Médiatrice devant la Painting Box de Zobernig, présentant l’oeuvre de Bernard Frize, Oma, 2007. Photo Hervé Véronèse © Centre Pompidou

Ouvrez la boite !

Approchez mesdames et messieurs, petits et grands, ne soyez pas timides !
Telle pourrait être la rengaine du médiateur posté à proximité de la Painting Box.
Cette structure grillagée où sont stockés des tableaux est l’œuvre de Heimo Zobernig, artiste dont le projet est de s’imprégner des lieux qu’il investit, et de produire un travail en relation avec ces espaces. Fidèle à la mémoire du Centre Pompidou, il a voulu rendre accessible au public les réserves d’œuvres comme ce fut le cas à son ouverture. Cette curieuse boite, semblable à une cage, est donc le souvenir d’un temps où le visiteur du musée pouvait voir une toile qui n’était pas exposée, où l’accrochage permanent du musée ne s’affirmait pas comme étant une vérité absolue. Chaque jour au nouveau festival, comme un rituel proclamant à ceux qui en doutaient que la peinture est toujours vivante, une toile est donc sortie de la Painting Box et exposée en attendant d’être commentée pendant la séance de Peinture parlée.
Grâce à cette œuvre de Zobernig, le médiateur a le pouvoir et le plaisir d’offrir une autre façon d’accéder aux œuvres d’art. Au visiteur dont les yeux s’écarquillent lorsqu’ il interroge timidement « Je peux ? », celui-ci répond d’un ton enjoué : « Bien sûr, laissez-moi vous expliquer ! ». Dès lors un groupe se forme très vite autour de ladite boite, où deux médiateurs officient tels un prestidigitateur et son assistante. Et le public réagit ! Des petites filles fascinées par Untitled de Heimo Zobernig dont les cristaux fragiles de Swarovski scintillent, aux amateurs éclairés qui avec sérieux et cérémonie demandent que leur soit présenté Robin Hood d’Alain Séchas en passant par des visiteurs, simplement ébahis et estomaqués qu’on les laisse s’approcher si près des œuvres, qui cherchent à en savoir plus, en demandant le titre de chaque tableau.
C’est donc un autre rapport à l’œuvre qui est ici proposé. Descendue de ses cimaises, disposée dans la Painting Box, la peinture semble tout d’un coup « à portée de main » des visiteurs. La peinture contemporaine est bien vivante et tangible. Elle impose et affirme à nouveau son pouvoir de fascination sur le public du festival.

Oriane Marre

Tags: , , ,

Les commentaires sont fermés.