5 NOVEMBRE / C’est quoi la synesthésie ?

Parfums pourpres du soleil (Sound-color Synesthesia) 1. Photo Hervé Véronèse © Centre Pompidou

Parfums pourpres du soleil (Sound-color Synesthesia) 1. Photo Hervé Véronèse © Centre Pompidou

Le premier tableau vivant du nouveau festival vient d’être créé : le groupe de synesthètes dont Ulla von Brandenburg, Julien Discrit, Thomas Dupouy et Laurent Montaron, ont petit à petit construit une ambiance hypnotique propice à la méditation éveillée. Sur scène trois orgues et deux tables, la première était dotée d’innombrables cartes de toutes les couleurs, sur la deuxième, le noir. Le son commence, soutenu, les accords s’ajoutent au premier ton et augmentent la puissance de la musique envoûtante. Sur l’écran d’à côté des rectangles colorés apparaissent : crème, vert olive, bordeaux, bleu marine, noir ; correspondent- ils aux sons sombres que nous entendons ?
Il n’y a pas de respiration dans la musique et nous ne percevons à peine les différentes notes, le son nous englobe et nous entoure. L’artiste comprend pourtant qu’il est temps de balayer d’un mouvement rapide le tableau précédent, et laisse place au noir du début. Le rouge envahit, le noir l’assombrit, le jaune marque des points lumineux. Des courbes violettes, des taches orange, des empâtements presque, sont rediffusés sur le grand écran. Tout est fait d’un unique élément géométrique à partir duquel il est possible de composer des partitions de toutes formes. Nous continuons à nous demander quelle couleur est en rapport avec quel son… Mais voilà encore un tableau qui disparait dans son évolution laissant sa place à un nouveau. Nous avons vu une multiplicité d’images colorées, d’ambiances chromatiques qui changeaient non pas au rythme de la musique car elle n’en avait pas, mais au désir de l’artiste qui nous amena dans son interprétation des sons vers une constellation synesthétique. Une expérience à suivre jeudi prochain, à 18h en Galerie Sud…

Julia Villasenor

Tags:

Les commentaires sont fermés.