22 octobre/ DO YOU KNOW A DEPRESSED VOLCANO?

Jonathan Meese. Hervé Veronese © Centre Pompidou.

Jonathan Meese. Photo Hervé Veronese © Centre Pompidou.

Explosive, c’est ainsi que l’on pourrait qualifier « la propagande meeseienne »- selon les termes de Christine Macel-conservatrice du département Prospectives du centre Pompidou, à laquelle nous avons assisté cet après-midi. Une après midi, effectivement, où il ne se passait pas grand-chose en dehors de cette Peinture parlée.
Une grand-mère- « centre pompidou addicted »-, déçue que sa petite fille de 4 ans ne puisse pas monter sur le carrousel kaléidoscopique de Höller ne s’attendait pas à assister à un tel événement.
Clairement, l’artiste tout comme la conservatrice, protagonistes de cette conférence-performance, sous les vestiges d’une peinture parlée, ne sont pas venus parler de peinture. Cette dernière existe indépendamment de nous et c’est nous, qui sommes le problème de l’art et certainement pas la solution.
Tel un orateur, pris par une magnifique et jaillissante diarrhée verbale, Jonathan Meese nous a illustré son Paris Berlin Total Manifest : « Art is total leadership, Art is total power, art rules the world, art is nr.1 : total art is total metabolicism ».
Absorbés, hallucinés et immergés dans ses mots, les spectateurs ont pu vivre une bonne demi-heure dans la « Kunstocratie ».
Selon les théories de l’artiste, bientôt, « der Berliner Reichstag sera libre des hommes, des peuples et des oiseaux, on laissera alors la place à la dictature de l’art. »
Merci Herr Meese pour cet enseignement qu’on a totalement « métabolisé » et qui nous a distraits de « l’ennui démocratique ».

Andreani Giulia & Dumas Céline

Tags:

Les commentaires sont fermés.